Article4_InternalClock_175745451-680x300_HR

Notre corps fonctionne comme un mécanisme d’horloge. Au cours d’une journée normale, matin et soir, nous nous levons et nous couchons à peu près à la même heure chaque jour.

Nous devons cela à notre rythme circadien interne qui contrôle notre cycle veille-sommeil.

Le système est régulé par les cellules du noyau (NSC) suprachiasmatique de l’hypothalamus, lequel est bien enfoui dans le cerveau.

« Les cellules dans le NSC produisent leur propre rythme sur presque 24 heures », explique le Dr Benjamin Rusak, un professeur de psychologie et de psychiatrie de l’université Dalhousie à Halifax s’intéressant particulièrement aux cycles du sommeil.

Vous pouvez également être intéressé par:

Le NSC se fie à la lumière et à d’autres indices pour réguler le sommeil; il ne calcule ni la quantité ni la qualité de votre sommeil, mais tient compte uniquement du moment où vous dormez.

Le système fonctionne bien lorsque les indices internes sont bien synchronisés avec l’environnement externe. « Les gens généralement actifs dans la journée s’en sortent bien; ils se réveillent le matin, se couchent le soir et dorment suffisamment longtemps », précise le Dr Rusak.

Mais lorsque ces indices externes sont absents, le système peut se déséquilibrer. Si vous viviez dans une grotte sans aucune lumière du jour, votre horloge interne ajouterait graduellement un peu de temps à votre rythme de 24 heures au point où, au bout d’environ un mois, votre système pourrait manquer de synchronisme, selon le Dr Rusak.

La mélatonine, hormone naturelle produite par la glande pinéale dans le cerveau, aide à maintenir les cycles veille-sommeil sur une période de 24 heures.

La lumière naturelle produit des effets plus favorables sur l’horloge biologique que la lumière artificielle. Dre Colleen Carney, professeure agrégée au département de psychologie de l’Université Ryerson à Toronto, cite une étude durant laquelle des sujets, appelés à camper dans la nature, n’étaient exposés à aucune lumière et aucun son artificiels. Après avoir vécu dans cet environnement naturel pendant une semaine, l’horloge biologique des sujets a pris une avance d’environ deux heures en moyenne. Les participants se réveillaient « naturellement » à l’aube et s’endormaient au crépuscule; mais la durée totale de leur sommeil se maintenait. « Ils dormaient paisiblement, comme des bébés, même si le terrain de camping s’avérait somme toute assez bruyant », ajoute la Dre Carney.

Cette avance prise par le cycle est en corrélation avec la hausse et la baisse naturelle des niveaux de mélatonine. La mélatonine, hormone naturelle produite par la glande pinéale dans le cerveau, aide à maintenir les cycles veille-sommeil sur une période de 24 heures. Les niveaux de mélatonine commencent généralement à grimper en mi-soirée, restent élevés pendant presque toute la nuit, puis redescendent au petit matin.

La lumière a une incidence sur la production de mélatonine. Pendant les journées plus courtes des mois d’hiver, votre corps pourrait produire de la mélatonine à différents moments de la journée. Les niveaux de mélatonine baissent graduellement et naturellement avec l’âge.

Le fait de passer d’un fuseau horaire à l’autre peut aussi avoir des répercussions sur votre rythme circadien. « Si vous voyagez beaucoup, tentez de vous exposer à la lumière du jour autant que possible. Si, le soir venu, le sommeil vous boude, prenez de la mélatonine pour rétablir votre cycle de sommeil », explique le Dr Atul Khullar, psychiatre, spécialiste du sommeil et directeur médical à la Northern Alberta Sleep Clinic (MedSleep Edmonton).

Lorsque le rythme circadien est perturbé, de nombreux troubles physiques, émotifs ou mentaux peuvent survenir. Certaines personnes souffrent de ce qu’on appelle « le trouble du rythme veille-sommeil », soit en phase avancée, soit en phase tardive, selon que la personne est un oiseau du matin invétéré qui ne peut rester éveillée après le souper, mais qui se lève très tôt chaque matin, ou un oiseau de nuit invétéré qui ne trouve pas le sommeil avant trois heures du matin, explique la Dre Maureen Ceresney, spécialiste du sommeil à l’université de la Colombie-Britannique à Vancouver.

Selon l’American Academy of Sleep Medicine, il existe un autre type de trouble génétique du rythme circadien appelé « trouble associé à un cycle circadien autre que 24 heures » qui force ceux qui en souffrent à dormir à des intervalles de 3 ou 4 heures pendant la journée.

Les troubles du rythme circadien sont traités au moyen de médicaments, de photothérapie qui consiste à renforcer l’horloge biologique par l’exposition à une lumière artificielle, de changements de comportement et de mélatonine, laquelle est vendue sans ordonnance à titre de supplément.

TYLENOL® Extra fort Nuit agit rapidement en procurant un soulagement efficace de la douleur légère ou modérée et de l’insomnie qui l’accompagne.