Article6_SleepStages_157245939-680x300

Le sommeil compte quatre stades distincts composant des boucles d’environ 90 minutes qui se répètent par cycle plusieurs fois pendant la nuit. C’est vraiment fascinant! Voici les stades en question :

Stade 1 : Il s’agit du début du cycle du sommeil, qui s’avère à ce stade relativement léger. On peut considérer ce stade comme une phase de transition entre l’état d’éveil et le sommeil. Lorsqu’une personne se fait réveiller pendant ce stade, elle jurera souvent qu’elle ne dormait pas, explique la Dre Rachel Morehouse, directrice médicale de l’Atlantic Sleep Centre de l’Hôpital régional de Saint John au Nouveau-Brunswick.

Stade 2 : Pendant ce stade, on dénote de brèves périodes d’activité cérébrale indiquant l’alternance de périodes de tension et de relaxation musculaire. La fréquence cardiaque ralentit et la température corporelle diminue afin de préparer le corps à entrer dans un sommeil plus profond. Pendant ce stade, les gens ignorent complètement ce qui se passe autour d’eux. « C’est un sommeil correct, mais pas le meilleur; il ne se révèle pas très réparateur », confirme la Dre Morehouse.

Stade 3 : Lorsque votre corps tombe dans un sommeil profond, votre cerveau commence à s’activer tranquillement et émet des ondes delta. Pendant ce stade de sommeil profond, votre corps répare et régénère ses tissus, fortifie ses os et ses muscles et renforce probablement son système immunitaire. C’est aussi pendant ce stade que les problèmes d’incontinence au lit et de somnambulisme se manifestent. « Tirer une personne de ce sommeil profond s’avère plus difficile; les gens ignorent absolument ce qui se passe autour d’eux », explique la Dre Morehouse. « Il s’agit du sommeil le plus réparateur; le type de sommeil dont jouissent les bébés, mais qui fait souvent défaut aux personnes âgées. »

Vous pouvez également être intéressé par:

Stade 4 : Ce stade s’appelle le sommeil rapide (par opposition au sommeil lent des autres stades) et se caractérise par des périodes d’activités cérébrales très intenses. Les rêves, généralement les plus frappants, surviennent pendant ce sommeil rapide. « Ce stade est exceptionnel, fascinant et étonnant, mais n’est pas des plus réparateur », précise la Dre Morehouse. Certains chercheurs croient que nous utilisons ce stade pour enregistrer les événements de la journée. « Nous classons l’information dans notre cerveau à un endroit où nous pourrons la récupérer plus tard », ajoute-t-elle. Vous croyez que vous ne rêvez jamais? C’est sans doute parce que vous vous réveillez pendant un stade de sommeil lent. Si vous vous réveilliez directement durant un stade de sommeil rapide, vous vous souviendriez de votre rêve.

Pendant la nuit, nous nous promenons entre les différents stades de sommeil. Les trois stades de sommeil lent se produisent au début de la nuit tandis que le stade de sommeil rapide se présente en blocs qui généralement s’allongent durant votre sommeil, selon la Dre Maureen Ceresney, spécialiste du sommeil à l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver. Les fonctions exactes des différents stades font l’objet de recherches continues, affirme-t-elle.

La mélatonine, l’hormone produite dans la glande pinéale située dans le cerveau, aide à réguler le cycle du sommeil. Bien que toutes les cellules du corps soient dotées d’un rythme circadien, la glande pinéale agit comme l’horloge maîtresse du corps, confirme la Dre Ceresney. « La lumière qui touche les cellules photosensibles situées derrière les yeux envoie un signal le long des cellules nerveuses voyageant dans le cerveau afin que la glande pinéale arrête de produire de la mélatonine. Quand les yeux commencent à percevoir la noirceur, la production de mélatonine n’est plus refoulée. »

Plus le rythme veille-sommeil d’une personne est bien réglé, plus grandes sont les chances que la production de mélatonine se fasse à un rythme régulier, commençant quelques heures avant l’heure normale du coucher, pour ensuite augmenter graduellement pendant la nuit, précise la Dre Ceresney.

Plus vous vieillissez, plus votre sommeil devient léger et moins vous profiterez d’un sommeil profond. Le vieillissement vient aussi avec de plus courtes périodes de sommeil bien que les études démontrent que les besoins en heures de sommeil ne diminuent aucunement.

Les femmes de tous âges démontrent une plus grande propension à souffrir de troubles du sommeil, sans doute en raison des variations soudaines des taux d’hormones associées au cycle menstruel, à une grossesse et à la ménopause. Les bouffées de chaleur, ces brusques hausses de température corporelle que les femmes subissent dans les mois précédant et durant la ménopause, se révèlent notoires pour perturber le sommeil des femmes plus âgées.

TYLENOL® Extra fort Nuit agit rapidement en procurant un soulagement efficace de la douleur légère ou modérée et de l’insomnie qui l’accompagne.